BONDOKUY – Bienvenue sur le Portail Web de la commune

.

Relief, Sol, Climat

  • Climat

La commune de Bondoukuy est située dans la zone climatique nord soudanienne avec deux saisons bien tranchées qui sont :

  • une saison sèche longue de 07 mois (Novembre à Mai) ;
  • une saison pluvieuse qui dure 05 mois (Juin à Octobre).

Les températures de la zone varient entre 16°C (mois de Décembre) et 42°C (mois d’Avril) avec une moyenne annuelle de 28°C.

Les hauteurs de pluies tombées fluctuent généralement entre 700 et 1000 mm l’an. Le tableau ci-dessous donne un aperçu de la pluviométrie dans la zone selon les relevées des services de météorologie de Dédougou qui couvre la commune.

Tableau 1: Situation pluviométrique de 2010 à 2016

 

Années 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Hauteurs de pluie (mm) 992,1 838,1 992,9 889,9 989,8 965,41 703,8
Nombre de jours de pluies 69 60 64 58 59 70 48

Source : Plan AEPA 2017

On observe une variation du nombre de jours de pluie et des hauteurs des précipitations au cours des dernières années avec une tendance à la baisse qui pourrait s’expliquer entre autres par les changements climatiques et la déforestation continue de la zone.

Cette situation menace la sécurité alimentaire de la zone qui était pourtant un grenier du pays.

Du reste, l’insuffisance des précipitations est revenue comme une préoccupation des populations au cours des animations des grappes.

Depuis quelques années, la problématique du changement climatique se pose avec acuité dans cette localité. En effet, la commune est exposée aux phénomènes extrêmes de changement climatiques tels que les sécheresses ou les inondations. On constate également une baisse des précipitations accompagnée d’une hausse de la température. Pour pallier à la faible productivité agricole liée en partie à la mauvaise répartition et à la variation de la pluviométrie, les capacités d’adaptation des populations doivent être renforcées sur l´utilisation de semences améliorées, l’irrigation d’appoint, les cultures de contre saison.

En outre, la préservation du couvert végétal, les reboisements réguliers ainsi que les sensibilisations et informations des populations sont autant d´actions qui peuvent être menées afin d´atténuer les effets des changements climatiques.

  • Les ressources végétales et occupation des terres

La végétation dans la commune est essentiellement composée par la savane arborée à arbustive avec des forêts galeries à certains endroits. Le tapis herbacé est dense et diversifié surtout pendant la période hivernale (Andropogon gayanus, Pennicetum pedicellatum, Loudetiaetc.).

Les espèces ligneuses sont abondantes et diversifiées. Certaines espèces comme Pterocarpus, Kaya senegalensis, Fagara et Raphia sont menacées à cause de leur utilité dans l’artisanat et la médecine traditionnelle.

En outre, la commune dispose d’une forêt classée (la forêt classée du Tuy), d’une forêt communale et de cinq forêts villageoises reparties dans plusieurs villages. Ces forêts constituent des espaces de conservation d’espèces naturelles végétales et animales même si elles souffrent des fréquents feux de brousses. Les différentes forêts ainsi que leurs superficies et leurs localisations sont consignées dans le tableau ci-dessous.

 

Tableau 2: Situation des forêts

 

Types de forêts Localisation Superficie (ha)
Forêt classée Ouakara (foret classée de Tuy) 13.000
Forêt communale Syn-Békuy et Kèra 50
Forêts villageoises Bouan 19,67
Wakuy 62,80
Syn-Donkuy 33,14
Ouakara 26
Dora 46,47
Total 13.238,08

Source : SDEDD/Bondoukuy, cité dans Plan Communal de Développement 2009-2013

 

Comme le montre le tableau, la conservation forestière est très faible dans la commune en dépit de l’abondance visible. Seulement 22% des villages dispose d’une zone de réserve forestière.

Cette situation est une menace très sérieuse qui justifie le niveau de déforestation constaté dans la commune par les services techniques et les populations lors des grappes. Il en résulte une diminution des précipitations au cours des années et une dégradation des terres cultivables de la commune.

Du reste, le bois est la principale source d’énergie pour les populations. Il est également utilisé pour la construction, l’artisanat, etc.

Les conditions climatiques (sécheresse), les actions anthropiques (feux de brousse répétés et incontrôlés, surexploitation des terres, coupe abusive du bois vert. etc.,) et l’érosion hydrique et éolienne contribuent d’année en année à la dégradation du couvert végétal de la commune

En matière de gestion, il existe dans la commune, des Chantiers Aménagements Forestiers et des groupements de gestion forestière.

En matière d’occupation des sols, les actions anthropiques ont beaucoup marqué le territoire communal comme montre le tableau ci-dessous.

 

Tableau 3: Superficies des unités d’occupation des terres en 2012.

 

Unités Superficies (Km²) Pourcentage (%)
Culture irriguée 2,75 0,22
Culture pluviale et territoire agroforestier 504,65 40,96
Forêt galerie 16,23 1,32
Habitat 0,75 0,06
Savane arborée 109,40 8,88
Savane arbustive et herbeuse 588,72 47,79
Sol nu (érodé, dénudé, cuirasse, etc.) dune et sable 0,35 0,03
Surface en eau 5,20 0,42
Verger 0,39 0,03
Zone humide 3,52 0,29
Total 1231,97 100

Source : BDOT 2012

En effet, les activités agricoles et agroforestières occupent près 41% de terres de la commune auquel il faut ajouter les savanes arbustives et herbeuses qui pourraient être des espaces en jachère. On rencontre également des sols nus qui caractérisent un niveau avancé de dégradation des terres. Toutefois, il existe toujours un potentiel important de ressources naturelles surtout de terres à améliorer et à valoriser pour contribuer au développement de la commune. Les forêts galeries, les savanes arborées et les zones humides occupent 11% des terres de la commune et constituent des potentialités importantes.

X